Vendredi 9 février 2007

Jean Laplante : le soldat oublié

Lors du Conseil Municipal du 4 décembre 2006, le Maire a fait état d’un courrier de Mme Josette Laforce demeurant à Saint Crépin d’Auberoche qui demandait l’inscription du nom de son grand-père, Jean Laplante, sur le monument aux morts de la commune, 88 ans après le décès de celui-ci.

Qui était cet homme et pourquoi la régularisation a tant tardé ?

Jean Laplante est né le 2 septembre 1881 à Saint Médard d’Excideuil.
Il vécut à Excideuil où il exerçait la profession de scieur de long. Marié en 1906, il a eu deux enfants dont une fille, née en 1910, qui vit encore à la maison de retraite du Bugue.

Appartenant à la classe 1901, recrutement de Brive, il a été mobilisé à une date inconnue, les archives familiales ayant en partie disparu.

Quand il meurt, « tué à l’ennemi », à Orfeuil dans les Ardennes le 8 octobre 1918, il appartient au 147°RI. (Garnison de Sedan).

Son décès intervient lors de la bataille de Champagne, menée par les 4e et 5e Armées françaises et par la 1re Armée Américaine. Cette bataille disloque la ligne Hindenburg et crée une brèche de 70 kilomètres, depuis la Suippes jusqu’à la Meuse.

Les 1re, 3è et 5è armées Allemandes ont engagé toutes leurs réserves, qui sont à peu près hors d’état de continuer la lutte. Jean Laplante a presque 37 ans, et laisse une veuve et un enfant. Titulaire de la Croix de Guerre, il repose à la Nécropole Nationale de Sommepy-Tahure.

Sa veuve, qui a dû travailler dans une usine d’armement à Tours, ira ensuite à Paris comme « bonne » avant de se remarier à Périgueux avec un cheminot.

Quand sa fille entre en maison de retraite, sa petite-fille, Josette Laforce, examine alors les papiers de famille et redécouvre ce grand-père tragiquement décédé.

Elle mène des recherches et s’aperçoit que le nom de son grand-père ne figure sur aucun monument aux morts, dont celui d’Excideuil où le décès avait été pourtant transcrit sur les actes du registre d’État civil dès le 16 septembre 1920. Dans sa maison de Saint Crépin d’Auberoche, elle rassemble des documents concernant son grand-père, son régiment et la Guerre de 1914-1918.

Elle conserve aussi le médaillon d’identification du défunt et une photo de sa tombe à Sommepy-Tahure où elle s’est déjà rendue et reviendra encore. Elle participe à l’exposition organisée à l’occasion du 11 novembre à Saint Crépin.

Quant à sa mère, elle serait très heureuse de voir le nom de Jean Laplante figurer sur le monument aux morts d’Excideuil

Ceci sera fait bientôt car le dossier est tout à fait recevable et le Maire d’Excideuil entend bien inviter la famille à la cérémonie du 11 novembre 2007 afin que le soldat Jean Laplante rejoigne ses camarades et soit honoré en conséquence.