Mardi 22 novembre 2005 — Dernier ajout jeudi 25 mai 2006

Solitude et folie

Lorsque le drame côtoie la misère et que la solitude côtoie le désespoir, la folie n’est jamais très loin, guettant sa proie, attendant qu’elle abaisse ses dernières défenses, afin de pouvoir l’emporter dans ses abîmes insondables.

Parle-moi Isabel est de ces laissés pour compte que la société préfère ignorer car ils sont le reflet d’un échec patent ; de ceux qu’une immense solitude pourrait mener à la folie. Elle erre dans les rues, le visage émacié, vieilli, dans des guêtres sales et des chaussures qui n’ont de chaussures que le nom.

Elle est seule, si seule qu’elle se met à parler à un bidon en fer, troué et désespérement muet.

Isabel est une victime de la misère, traumatisée par le départ de son père, chassé par sa mère de la maison. Elle a fui la maison familiale en emportant avec elle le poids de son chagrin. Sa solitude ne s’est rompue qu’un court instant, lors de sa rencontre avec « El Pedro », le seul homme qui lui témoigna un peu d’amour. Mais El Pedro emprisonné, elle en perdit la trace, retrouvant son éternelle compagne : la solitude.

Isabel parle à ce tonneau comme elle parlerait à une personne, elle le supplie de lui répondre, hurle, pleure mais ce dernier reste muet.

« Parle-moi, parle-moi, parle-moi »

La pièce de Ricardo Montserrat est la première de cette nouvelle saison du Collectif des Voix de l’Hiver.

Jouée dans la salle des fêtes de Saint Médard d’Excideuil en partenariat avec l’ADDC et le Conseil Général, elle a obtenu un beau succès auprès de la cinquantaine de spectateurs présents dans la salle.

« Parle-moi » est magnifiquement interprétée par Ana Maria Uteau, seule en scène et méconnaissable dans ce rôle.

La pièce délivre un message intemporel :l’indifférence est le plus grand fléau de l’Humanité. Des êtres humains meurent sans que personne ne s’en offusque.