Mardi 5 avril 2005 — Dernier ajout mardi 30 mai 2006

Lettre d’une inconnue

L’avant dernier spectacle des Voix de l’Hiver s’est déroulé le vendredi 18 mars à Saint Germain des Prés. Cette pièce de théâtre a été interprétée par la Compagnie de la Trace.

Lettre d'une inconnue
Lettre d’une inconnue est une nouvelle de Stefan Zweig (1881-1942), auteur incontournable de la première moitié du 20e siècle.
Cette nouvelle a fait l’objet de maintes adaptations, tant au théâtre qu’au cinéma.

Il s’agit d’un enchantement que la lecture de ce texte.

Éclatant entre mélancolie et sérénité lorsque l’amour et la mort, après s’être taquinés, se côtoient, l’un cédant à l’autre.

Brillance, brûlure, amour sacré, don de soi absolu, révolte d’amour, enfance et enfant perdu, sensualité : telle est la parole révélée par cette femme.

Lettre d’une inconnue est la révélation d’un secret : l’amour fou qu’une jeune fille de treize ans a voué jadis à un écrivain de vingt-cinq ans, sans jamais le lui dévoiler, et que la femme adulte continue d’entretenir.

C’est surtout pour nous l’histoire d’une jeune fille, puis d’une mère, qui choisira la voie d’un destin tragique, plutôt que celle d’un amour consensuel.

Une comédienne et trois musiciens, un dispositif scénique épuré pour donner à entendre plus encore qu’à voir un destin tragique. Parce que c’est la musique des mots de Zweig que Céline Thiou a cherché à attraper avant tout dans ce spectacle.

Le texte résonne en leitmotiv, qui scandent le texte comme les refrains d’une chanson, un lied de Schubert.

Les partitions du jeu et de la musique se répondent et se complètent, avancent de concert pour dire l’impossibilité d’être reconnue, d’exister dans le regard et la mémoire de l’être aimé.

Pour tous renseignements sur le collectif des Voix de l’Hiver :