Jeudi 18 septembre 2003 — Dernier ajout

Le dynamisme de l’art

Excit’oeil, la fondation de france et l’art

Adjoindre l’adjectif « contemporain » au mot « art » semble déprécier ce dernier aux yeux de nombreuses personnes.
L’art contemporain est considéré par le public comme un monde à part, fait de chapelles, intellectuel, où l’idée prime sur la réalisation et le discours sur le « travail ».
La méthode d’approche est donc bien particulière, lente et complexe, mais un rapport direct avec l’artiste permet d’évaluer le risque, de le connaître, et de s’en servir.

Commander une œuvre à un artiste, c’est accepter que le processus de réalisation nous échappe. Il en est différemment d’une commande avec un artisan où le maître d’ouvrage maîtrise tout le processus.

À Excideuil, tous les groupes de commanditaires ont d’abord exprimé un besoin.
Lors de leur confrontation avec un artiste proposé par les médiateurs, cet artiste a proposé un changement d’attitude où réside sa part de création.
Les débats ont été riches et passionnés.

Comment concilier en effet deux objectifs apparemment contradictoires ? Comment satisfaire la volonté de fonctionnalité des commanditaires alors que la fonctionnalité n’est pas un critère de l’œuvre d’art ?
C’est cette subversion de l’« utilité »qui, au-delà du risque qu’elle entraîne, est facteur de dynamisme.

La commune et les élus ont tiré de nombreux enseignements de ces débats et de l’implication des citoyens sur l’espace public.