Jeudi 24 juin 2004 — Dernier ajout mercredi 31 mai 2006

Arrivée du vélo-rail

Le 1er juillet 2004, touristes et périgourdins pourront expérimenter une nouvelle forme de randonnée : le vélo-rail, mis en place par l’association du Chemin de Fer Touristique du Périgord Vert.

Entretien avec Monsieur Paul Clergerie, président enthousiaste et motivé de l’association.

  • S.Synaeve : M Clergerie, vous êtes président de l’association du Chemin de Fer Touristique en Périgord Vert, pouvez-vous nous parler de son histoire ?
  • P. Clergerie :C’est fin 1995 que Georges Thomas, habitant Royan et venu à Excideuil pour écrire un livre : « Un siècle d’histoire ferroviaire d’Angoulême à Brive », a eu l’idée de créer cette association.
    Amateur de chemin de fer, il crée l’association en 1999 et 7 engins arrivèrent à la gare d’Excideuil.
    Décédé en 2001, l’association part à la dérive, elle passe de plus de 100 membres à quelques passionnés.
    Ces irréductibles ont eu raison de persévérer et nous avons décidé de réhabiliter la voie ferroviaire afin de favoriser le tourisme vert.
  • Pouvez-vous nous expliquer de quelle façon et comment vous avez pu mettre en place cette attraction ?
  • Après la dépose des rails, on ne pouvait laisser un patrimoine tel que le réseau ferroviaire de notre région à l’abandon. Les voies pouvaient être utilisées pour tenter l’expérience du Vélo-Rail prévue pour l’été 2004. Pour ce faire, j’ai été aidé par André Dubut et Raymond Javanaud, respectivement secrétaire et trésorier de l’association du CFTPV mais également par le Président de la Fédération Nationale des exploitants de Vélo-Rails et secrétaire de l’association de Confonlens en Charente : Daniel Claret.
    Devant le succès qu’il a obtenu avec 5 500 passagers en 1999 et 16 600 en 2003 avec 2 circuits, nous nous sommes dit que nous pouvions peut-être apporter ce type de tourisme vert chez nous.
    Le Conseil Général s’est également beaucoup intéressé à ce projet et a fait plus que nous y aider puisqu’il y a participé en tant que partenaire. Son aide nous a été très précieuse.
    Le Conseil Général ayant acheté les voies avec les rails, l’association a loué la voie de Corgnac sur l’Isle qui sera la gare de départ pour un trajet de 5km aller en direction d’Eyzerac-Labaurie vers Thiviers.
  • On peut dire que c’est un projet intercommunal car si j’ai bien compris, de nombreuses communes s’y sont impliquées. Quels sont vos partenaires ?
  • Effectivement, il semble que toute la région ait souhaité nous aider à mettre le vélo-rail en place pour favoriser le tourisme vert et c’est tant mieux ! Au sein de l’association, nous sommes tous très heureux que les voies de chemin de fer puissent permettre de ne pas oublier l’histoire du chemin de fer en Périgord Vert. Cela permettra en outre la création d’un emploi et la valorisation de beaucoup de bénévoles qui souhaitent s’impliquer au vélo-rail.
    Nos partenaires sont le Conseil Général, les communes d’Excideuil, Saint Germain des Prés, Corgnac sur l’Isle, Saint Jory Las Bloux, Eyzerac et Thiviers, le Comité Départemental du Tourisme de la Dordogne, le Syndicat Intercommunal de Valorisation de la Voie Ferrée, la Communauté de Communes du Pays Thibérien et le Syndicat Mixte Isle Auvézère.
  • Expliquez-nous ce que les touristes ou vacanciers feront grâce au vélo-rail ?
  • Comme déjà expliqué, la gare de départ sera Corgnac avec Eyzerac pour destination sur l’aire de repos du lieu-dit « Les Chatignoles ». A l’arrivée, les gens pourront se restaurer, se rafraîchir et se détendre à la gare Vélo-Rail avant de refaire le chemin en sens inverse. Le trajet est de 5km (10 aller-retour), cela fait une durée moyenne d’une heure et quart.
    Ce tronçon de voie ferrée est inclus dans l’ancienne ligne de chemin de fer de Brive la Gaillarde à Angoulême.
    Une brochure explicative touristique sera remise aux passagers avant le départ afin qu’ils puissent à la fois admirer le paysage et comprendre l’histoire industrielle de la région. Anciennes usines, pont métallique, roches diverses, tunnel, gares anciennes, ouvrages d’art : de nombreuses curiosités attendent les passagers.
  • Parlez-nous un peu du Vélo-Rail en lui-même.
  • C’est un engin qui pèse de 400 à 500 Kgs et paré pour 5 personnes, les enfants à partir de 8 ans peuvent pédaler. Chaque vélo-rail est équipé de deux pédaliers et de selles réglables. Deux personnes pédalent, trois personnes flânent et les rôles peuvent changer.
    Les vélo-rails ont été adaptés pour les personnes handicapées et des sièges peuvent se démonter. Les animaux tenus en laisse sont acceptés.
  • Et concernant la sécurité, quelles mesures ont été prises ?
  • Toutes les mesures on été prises pour que la promenade se déroule uniquement dans la détente. Trois passages à niveaux avec une signalisation spéciale sont sur le trajet et une brochure rassemblant toutes les consignes de sécurité pour le trajet sera distribuée avant le départ. Enfin, il faut savoir que les vélo-rails sont contrôlés par un organisme de sécurité contrôlant les téléphériques, la Division des Chemins de Fer Touristiques du Service Technique des remontées mécaniques puis par la DDE et enfin par le Préfet seul habilité à donner les autorisations d’utilisation.
  • Quand le vélo-rail sera-t-il ouvert au public ?
  • Le vélo-rail sera ouvert au public dès le 1er juillet et pour tout l’été mais il faut savoir qu’il est ouvert toute l’année sur demande. Cinq départs par jour sont prévus au tarif de 25€ par trajet. Des tarifs préférentiels sont appliqués aux groupes et aux scolaires.
    Pour obtenir plus de renseignements, vous pouvez téléphoner au : 05 53 52 42 93.
    Si l’expérience estivale de cette année est un succès, nous ouvrirons un circuit de 13kms qui est déjà en préparation.

Circuit touristique en vélo-rail ouvert à tous dès le 1er juillet.