Vendredi 5 août 2005 — Dernier ajout vendredi 19 mai 2006

130 ans du centre de secours

Une cérémonie un peu particulière s’est déroulée le jeudi 14 juillet au Centre de Secours d’Excideuil.
En plus des remises des différentes promotions et médailles d’honneur, une stèle érigée en mémoire des sapeurs pompiers excideuillais décédés a été inaugurée. Cette inauguration intervenait à l’occasion des 130 ans du Centre de Secours.

Premier centre de secours

Les textes Napoléoniens exigeaient la création de centres de secours dans les communes de taille conséquente.
Après plusieurs gros sinistres, le premier centre de secours d’Excideuil a donc été créé en 1875.

Il était alors dirigé par ce qu’on appelait à l’époque un chef de corps, terme qui n’est plus utilisé depuis 1989.

A Excideuil, vingt quatre hommes assuraient les interventions avec des pompes à bras. Ils en effectuaient alors moins d’une dizaine par an. Les chefs de corps étaient nommés par le Président de la République (ce qui prenait inévitablement beaucoup de temps).

Le premier chef de corps nommé à Excideuil s’appelait Papin.

Plusieurs évènements majeurs ont émaillé l’histoire du centre de secours d’Excideuil.

Par exemple, la Guerre de 14-18 n’a pas épargné les pompiers volontaires qui n’étaient plus que 9 au sortir de celle-ci.

Grâce à la bonne volonté de cinq volontaires supplémentaires, le centre de secours pu redémarrer et fonctionner jusqu’en 1939.

On ne trouve plus de documentation durant toute la durée de la Grande Guerre. Les 1ers écrits ne refont leurs apparitions que dans les années 50.

Le plus grand événement reste sans conteste l’incendie de l’église en 1933 qui coûta la vie à Auguste Grandcoing, pompier vivant à côté de l’église, père de 6 enfants. Ce dernier décéda à la suite de la chute d’une poutre sur sa tête. Une rue d’Excideuil porte aujourd’hui le nom de ce courageux pompier.

L’incendie de l’église lui coûta son clocher qui brûla entièrement et fut, par la suite, remplacé par un clocher qui fut loin de faire l’unanimité (le clocher pointu a été remplacé par un clocher carré, en béton armé !).

Un autre événement important fut l’incendie du château de Hautefort en 1968, qui mobilisa tous les pompiers.

Le centre de secours est aujourd’hui dirigé par un chef de centre ( en l’occurrence Thierry Laguionie ) qui est nommé par le Préfet.

Le centre de secours en chiffres :
Trente-cinq volontaires assurent les quelques 400 interventions annuelles ! Cela met le centre de secours à la 14è place sur 41 en terme d’interventions.

Premier centre de secours bis Les pompiers d’Excideuil doivent assurer la protection de 23 communes allant de Mayac au secteur de St Médard d’Excideuil, de St Germain à Ste Eulalie, de Naillac à la limite de St Rabier et de la Cité de Clairvivre à Salagnac, très près de la « frontière » corrézienne.

Cela représente 11 000 personnes et 9000 hectares de forêts.

Ces chiffres sont impressionnants mais ce n’est pas tout.

Le feu représente 15% des interventions et les secours à personnes 50% soit près de 200 interventions par an. Cependant, Thierry Laguionie tient à signaler que les récentes mesures gouvernementales de prévention routière ont permis de considérablement diminuer les interventions auprès d’accidentés de la route.

Le centre de secours c’est aussi 20 jeunes sapeurs-pompiers qui apprennent le B-A BA du métier. Il n’y a que des volontaires passionnés à Excideuil. En 15 ans, une dizaine de volontaires sont passés professionnels.

Le centre de secours en terme de matériel : il dispose de sept engins de secours dont 1 véhicule pour accident de la route, 1 engin de désincarcération et de secours routier, 1 véhicule léger de commandement, 1 engins de feux de forêts tout terrain d’une capacité 4000 litres d’eau, 1 véhicule de reconnaissance tout terrain, 1 fourgon d’incendie pour feu urbain d’une capacité de 3000 litres d’eau et pouvant accueillir 8 hommes et enfin 1 camionnette toute utilité pour les inondations et les bâchages lors de tempêtes.

Bien que l’on puisse voir évoluer ces hommes et ces femmes lors d’interventions aussi diverses que variées, on se demande toujours pourquoi ils sont prêts à risquer leurs vies pour sauver leurs semblables.

Quelles peuvent être les motivations de ces volontaires ?

Nommé en 2003, le chef du centre d’Excideuil Thierry Laguionie apporte une ébauche de réponse, un début d’explication :
En général, la passion vient de l’enfance car beaucoup d’entre nous avaient des parents sapeurs-pompiers volontaires. Mais ce n’est pas que cela. C’est aussi pour l’amour de notre patrimoine et de toutes les personnes que l’on connaît que l’on pratique ce métier. En effet, sachant que nous sommes tous volontaires, si plus personne ne voulait le faire, les secours seraient obligés de venir de Périgueux, imaginez le temps que cela prendrait alors que le temps est primordial lors d’une intervention, quelle qu’elle soit. Et puis, la reconnaissance de la population est une raison bien suffisante pour être sapeur pompier. Quand nous intervenons lors de secours à personnes ou que nous arrivons à sauver une maison en feu, les gens reconnaissent l’utilité des sapeurs-pompiers.

L’utilité et l’importance des sapeurs-pompiers….

Merci encore aux sapeurs pompiers pour leur abnégation sans faille et leur indéfectible courage. Consacrer sa vie à celle des autres n’est pas aussi naturel qu’ils voudraient nous le faire croire et ces cérémonies du 14 juillet ont permis aux Excideuillais de leur dire à quel point ils leurs étaient reconnaissants.

Car l’histoire d’Excideuil ne peut s’écrire sans y associer celle du Centre de Secours.