Jeudi 6 avril 2006 — Dernier ajout lundi 22 mai 2006

Un écrivain au lycée

Georges Païta, un écrivain et éditeur spécialisé dans la rédaction de nouvelles, a rendu visite aux élèves de 3è et 2nde de la cité scolaire les 2 et 3 février 2006.

Invité par Mme François, responsable du Centre de Documentation et d’Information de l’établissement, Georges Païta est un habitué des interventions en milieu scolaire.

Habilité par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), il comptabilise plus d’une centaine d’interventions de ce type.

Georges Païta a toujours travaillé dans le milieu de l’édition, et plus particulièrement l’édition de manuels scolaires.

Visite écrivain Georges Païta A 47 ans, il a décidé de se lancer dans l’écriture et a choisi d’écrire exclusivement des nouvelles.
Un impérieux besoin d’indépendance l’a poussé à fonder sa propre maison d’édition, « La Tour d’Oysel », qui s’est spécialisé dans l’édition de nouvelles, un genre littéraire marginalisé en France.
« Piégés » ou « De plein fouet », les nouvelles du Bourguignon, qui partage son temps entre sa région et la Gironde, sont noires, pleines de suspense et de fins inattendues.
Elles ont remporté un succès fou auprès des adolescents.
Contactés par divers enseignants ou documentalistes, Georges Païta se rend dans les lycées et collèges et explique son métier et son goût pour la nouvelle.
Ce genre littéraire méconnu permet aux adolescents de s’intéresser aux livres.
Une gageure en ces temps où les nouvelles technologies de communication ont la part belle et laissent peu de place à la lecture.

Ingénieusement, les nouvelles de l’écrivain sont éditées en un seul volume, permettant aux établissement scolaires de les acheter afin de les étudier dans le cadre de leurs programmes.

Georges Païta a un excellent contact avec les élèves qui se passionnent pour ses récits. En Bourgogne, il a mis en place un concours de nouvelles en collaboration avec la municipalité de sa commune qui récompense les jeunes auteurs.

A la cité scolaire, il a lancé un défi aux élèves.

Trois débuts de récits, basés sur des faits divers, à partir desquels les élèves devront broder une suite dans les règles de l’écriture nouvelliste. Le résultat lui sera transmis par courriel et il jugera du travail effectué.

Cet homme sympathique est tombé amoureux d’Excideuil et de sa cité scolaire.

Il a promis de revenir très prochainement, pourquoi pas pour commenter les récits des élèves ?