Mardi 15 juin 2004 — Dernier ajout vendredi 19 mai 2006

Le moulin à images

Enfin, c’est arrivé ! Devant une foule nombreuse, l’œuvre de l’artiste Laurent Millet -le Moulin à Images- a été inaugurée le samedi 5 juin au Moulin de la Baysse, lequel s’est refait une petite beauté.

C’est la cinquième commande des « Nouveaux Commanditaires » (selon la terminologie de la Fondation de France) qui voit le jour à Excideuil.

Elle rentre dans le cadre des réalisations conjointes de la Mairie et de l’association Excit’œil pour l’aménagement des espaces publics.

Ceci n’a pu se faire que grâce à l’aide morale et financière de la Fondation de France, la Direction Régionale des Affaires Culturelles Aquitaine, les architectes Luc Joudinaud et Pierre Marsaa et les commanditaires eux-mêmes, désireux de faire vivre leur patrimoine.

Le groupe des nouveaux commanditaires qui a souhaité la réhabilitation du Moulin de la Baysse est composé de l’Association les Amis et Riverains de la Loue, l’A.P.P.M.A.E. d’Excideuil, le Club Mouche des Trois Rivières, le Syndicat d’Initiative Intercommunal d’Excideuil ainsi que le Centre de Loisirs.

Discours de l'artiste au moulin

En présence de Béatrice Bosse de la Fondation de France, de Francis Laroche président d’Excit’œil, du Maire Arnaud Le Guay et de l’artiste Laurent Millet, l’assistance a pu admirer le travail de ce dernier.

En entrant dans le Moulin, trois vitrines d’exposition apposées au sol s’allument automatiquement grâce à des détecteurs de présence puis en parcourant la chicane aux murs sombres on entre dans la pièce maîtresse de l’œuvre. Celle des Images de Laurent Millet.

Camera oscura Dans cette pièce, une « camera oscura » projette les reflets de l’eau. La « camera oscura » est un procédé lenticulaire qui permet de projeter sur une paroi, une scène extérieure au bâtiment. Comme dans un boîtier photographique, l’image projetée est à l’envers, bas en haut.

Deux grand panneaux blancs, en verre dépoli, sont disposés face à face. Le cheminement prévu oblige à passer entre les deux panneaux. A gauche, se dessine le bief amont de l’écluse, à droite l’aval. L’effet est saisissant.

On est immergé dans l’eau du moulin que l’on voit courir de part et d’autre de soi. Le sol métallique perforé augmente le bruit de l’eau sous les pieds.

Vers onze heures, - sans doute le meilleur moment à cause de la luminosité extérieure– la lumière qui passe au travers des trous des tôles du sol, projette des milliers de gouttes de lumière sur les parois et le plafond. Si l’on regarde vers l’aval, on discerne au milieu de l’eau des bulles d’air ou de lumière –comme autant de diamants– accentuant le mouvement de l’eau.

Laurent Millet, en créant cette œuvre, a voulu « donner une autre image de l’eau au promeneur en détachant le reflet de la surface de l’eau lorsqu’elle passe dans la caméra pour créer une sorte d’ambivalence quand on voit l’image ».

En continuant la progression, on rejoint la porte opposée pour revenir à l’extérieur. Les travaux effectués ont permis la restauration complète du moulin. Un hangar pour abriter les canoës et les kayaks a été construit. Une salle pédagogique et d’exposition sur l’eau et la nature a été aménagée.

Ce lieu et son cadre agréable permettront aux associations d’organiser de belles soirées, grillades et détente.

Les retardataires ont pu ensuite profiter d’un succulent buffet concocté par Louisette aidée par des membres de l’association pour le service.

Et c’est au rythme de la musique du quintet du Docteur Bob, que se sont égrenées jusque tard dans la nuit les dernières minutes de cette journée féerique.

Moulin de la Baysse rénové