Vendredi 9 février 2007

Le club de rugby a cent ans

En 2006, le club de rugby d’Excideuil a fêté ses cent ans d’existence.
Pour cette raison, l‘Avenir d’Excideuil a été invité, parmi 170 autres clubs de toute la France, à la célébration donnée en l’honneur du premier match du XV de France qui avait eu lieu en 1906.
Christian Vacher a raconté cet étonnant périple.

Tous ont profité de l’occasion pour assister à la rencontre officielle opposant l’équipe de Nouvelle-Zélande à celle de l’équipe de France à Paris au Stade de France.

Chaque club était représenté par un dirigeant et un joueur licencié.
Pour les Abeilles, Gilles Dufraisse, vice-président et Christian Vacher, ont représenté le club et par la même, la ville.

Le président Michel Gouzon, quant à lui, était déjà sur place compte tenu de ses fonctions au sein de la Fédération Française de rugby et de vice-président du comité du Périgord Agenais.

Un grand rassemblement a d’abord eu lieu à la gare d’Austerlitz à Paris puis tous se sont rendus à Marcoussis, le Centre National du Rugby, nouvel outil moderne et somptueux au service des différentes équipes de France. Le petit déjeuner offert a permis de rencontrer tous les participants et de faire un petit tour de « l’ovalie » hexagonale.

Christian Vacher raconte cette expérience extraordinaire :
"A l’arrivée de tous les anciens internationaux invités à faire resurgir pleins de souvenirs, nous avions du mal à cacher notre émerveillement.
Nous étions fascinés au milieu des Spanghero, Albaldéjo, Trillot, Herrero, Lux, Dourthe et autres Skréla, Codorniou, Dintrans, Dospital, Gachassin, Hueber ou Benetton, et j’en passe, visiblement heureux de se retrouver pour partager ensemble cette journée festive.
Les anciens revisitèrent, entre autres, tout au long de cette journée les mêlées relevées et les troisièmes mi-temps arrosées…"

La traversée de Marcoussis s’est effectuée avec des bandas.
Munis de leurs oriflammes, les représentants de chaque club se sont rendus à la réception organisée par la commune et ont écouté l’allocution du Maire.

Alors que les dirigeants festoyaient au CNR, les représentants des clubs ont été dirigés en car vers France Télévision pour participer au journal de 13h.

Organisées pour l’occasion par la Fédération Française de rugby, des animations se sont déroulées sur de mini-terrains synthétiques pour des « flag rugby » – démonstrations rapides – avec la participation des écoles de rugby, dans différents lieux de Paris. France Télévision, la Défense, la Tour Eiffel « où j’ai participé » se réjouit Christian Vacher.

Au terme de ces animations, tous ont rejoint la Gare du Nord pour retrouver les dirigeants et anciens internationaux afin de prendre ensemble le train du rugby et être acheminés au Stade de France.
La traversée de Saint-Denis en défilé avec deux groupes de bandas laissèrent les habitants quelque peu circonspects mais très curieux.

Tour d’honneur, sous les acclamations et ovations, des anciens internationaux accompagnés par les représentants pendant que le chanteur « Cali » a entonné deux ou trois de ses ritournelles !

« J’ai été très ému par cette entrée, ma mission de représentativité était largement dépassée par la grandeur du lieu, du monde présent et fier d’appartenir d’abord au petit groupe »Jaunes et Noirs« qui dans un coin en haut faisait la fête. Fier d’être aux cotés de clubs tels que Biarritz, Paris, Albi… Excideuil avait droit au même respect et nous nous devions d’avoir des pensées, de l’affection, et de la reconnaissance pour tous ceux qui ont fait notre club, l’Avenir d’Excideuil, depuis sa création » a déclaré Christian à son retour.

Le grand match a suivi, les hymnes traditionnels ont fait battre les cœurs encore plus fort, le « haka » néo-zélandais a marqué les esprits. La partie a été d’un grand niveau et a régalé tous les spectateurs même si les français ont finalement perdu devant, il faut bien le dire, la meilleure équipe du monde !

La fête du rugby, de tout le rugby, même si le rugby de village a souvent le sentiment d’être quelque peu délaissé, fut cette fois honorée par le biais de tous ces petits clubs centenaires.

Nos abeilles, après une courte nuit, sont revenues à la ruche, après la traditionnelle photo souvenir au Trocadéro.

Saison 1968-1969