Mardi 9 janvier 2007 — Dernier ajout lundi 12 novembre 2007

Dix saynettes contre les addictions

Dans le cadre du Comité d’Éducation sur la Santé et la Citoyenneté, les élèves des classes de 3e et de 2nde de la cité scolaire ont été invités à assister à une pièce de théâtre dans le nouveau gymnase de la commune.

Mots à Maux
Mots à Maux
Les trois comédiens de la compagnie ont su informer les élèves sans accuser ni culpabiliser.

Pendant une semaine, la Compagnie professionnelle de théâtre « Mots à Maux » s’est rendue dans plusieurs établissements scolaires et a joué une pièce de théâtre comprenant dix saynètes traitant des addictions diverses inhérentes à la jeunesse.

A Excideuil, la compagnie est venue à l’initiative de l’infirmière de la cité scolaire, Mme Lafaye, qui organise très souvent des journées ou des demi-journées consacrées à la prévention.

Dans un langage familier aux adolescents, les trois comédiens de la troupe ont donc interprété dix saynètes humoristiques sur la violence, les dangers de l’alcool, les comportements sexuels à risques pouvant mener à contracter le SIDA ou tout autre maladie sexuellement transmissible, les drogues, dures ou douces, le tabac, mais aussi la dépression qui touche beaucoup les adolescents et les mène parfois au suicide.

Pour Mme Lafaye et les comédiens, il ne s’agissait pas de porter un jugement sur les comportements des jeunes ni de les culpabiliser, mais de montrer quelles peuvent être les causes et les conséquences de ces comportements qui conduisent quelquefois jusqu’à l’addiction.
Le but était surtout de les faire réfléchir en leur désignant clairement les risques encourus lorsqu’ils ont ces comportements à risque.

Après la pièce, qui a obtenu beaucoup de succès, un questionnaire a été distribué aux élèves afin de recueillir leurs impressions et leur demander leur avis sur les sujets abordés.

Certains élèves ont reconnu être mal informés notamment sur le SIDA et plus particulièrement sur le délai d’attente de trois mois après un rapport non protégé.
En général, les adolescents reconnaissent que certains comportements à risques sont induits par l’inconscience, les oublis involontaires, les abus en tout genre.
Ils savent également que certaines addictions notamment à l’alcool ou à la drogue induisent des malaises, des dépendances, voire des overdoses. Lucides, ils admettent que le manque de respect entre les individus induit des violences qui peuvent peser à certains et les conduire au suicide.

Pour Mme Lafaye, la prévention est le meilleur moyen de diminuer les risques et d’informer les élèves afin que le moment venu, ils fassent un choix en connaissance de cause.