Jeudi 6 avril 2006 — Dernier ajout lundi 22 mai 2006

Développement durable

Une conférence sur le Développement Durable ouverte au public s’est déroulée à la cité scolaire le vendredi 3 février 2006 à l’initiative du professeur d’histoire géographie M Rouchaud.

Assen Slim, Docteur en Économie, Maître de Conférence à l’Institut National des langues et civilisations orientales, est intervenu pour animer cette conférence et parler des possibilités de conduire « une forme de développement des économies mondiales sur une voie plus écologique. »

Conférence Développement durable
C’est la seconde conférence en milieu scolaire à laquelle Assen Slim participe.
Le développement durable est un sujet qu’il connaît bien.
Il a écrit un ouvrage aux éditions du Cavalier Bleu dans la collection Idées Reçues. Comme son nom l’indique, cette collection s’attaque aux idées reçues et aux phrases toutes faites afin d’y discerner la part du vrai et du faux.
Assen Slim a tenu sa conférence devant les élèves de 2nde, 1re et Terminale.

Il leur a exposé, à l’aide de diapositives, le mécanisme du réchauffement climatique de la planète en rappelant que ce type de changement s’est déjà produit et se produira encore.

Cependant, la pollution provoquée par les pays industrialisés aggrave et accélère ce phénomène.

Il a également montré les conséquences de ce réchauffement qui conduira à la fonte des glaciers et provoquera la disparition de pays dont les habitants devront être déplacés.

La pollution de la terre reste le plus grand problème de l’Humanité et risque de conduire à sa perte.

Le développement durable est l’une des solutions proposées pour enrayer le problème. C’est également une solution attaquée car prétendument inconciliable avec les objectifs de mondialisation et de libre-échange du monde économique moderne.

Pourtant Assen Slim a voulu montrer que des affirmations telles que « Le commerce équitable, c’est trop beau pour être vrai », « Il faut stopper la croissance des pays riches pour mettre en place le développement durable » ou encore « La mondialisation est incompatible avec le développement durable », peuvent être réfutées.

En effet, les solutions existent.

Il est possible de conserver la nature, soit en l’exploitant sans la piller et la saccager, soit en la préservant en n’y touchant plus.

La France est d’ailleurs l’un des meilleurs élèves en terme de réduction de gaz à effet de serre ou autres luttes contre les facteurs de pollution massive.

On peut également favoriser la croissance sans forcément écraser les pays pauvres ou les petits producteurs en les obligeant à suivre des systèmes économiques qui fluctuent avec les cours des marchés.

Par exemple, dans son ouvrage, Assen Slim, affirme que le commerce équitable, quoique décrié, est une forme de développement durable car il est possible de concilier compétition et solidarité.

Le commerce international ne conduit pas forcément au développement. Assen Slim opte pour « la voie du compromis, celle qui voit, par exemple, dans le commerce équitable un antidote aux excès du capitalisme, ou qui estime que » la mondialisation est (…) largement compatible avec le développement durable, si les législateurs (en particulier l’OMC) intègrent des principes nouveaux au libre-échange (précaution et asymétrie commerciale par exemple)".

Dans son livre, quatorze autres points sont passés en revue de la même manière.

L’intervention d’Assen Slim a été très appréciée car malgré son impressionnant cursus, il reste un homme accessible qui a répondu très rapidement à l’invitation de M. Rouchaud. Son argumentation passionnante a permis aux élèves d’entrevoir les actions à mener pour le futur et la préservation de notre planète.

En conclusion, il a invité ses auditeurs à voir la mondialisation autrement et à l’aborder avec de nouvelles méthodes car elle n’est pas incompatible, selon lui, avec le développement durable.